Rites Musulmans

Le Rite Funéraire Musulman 

Dans le Saint Coran, source principale de l’Islam, il n’y a pas de rite particulier prescrit pour les musulmans. Cependant, dans la tradition musulmane, Lorsqu’une  personne décède, il est souhaitable que la dépouille soit inhumée au plus vite. Sauf, dans des cas de forces majeurs.

Avant l’inhumation funéraire, le corps de la dépouille, qu’il soit homme, femme ou enfant, traverse un rite en quatre étapes respectées selon l’ordre chronologique suivant :

  1.   La toilette funéraire,
  2.   Le Linceul,
  3.   la prière funéraire,
  4.   L’enterrement

Il peut exister aussi, certains rites particuliers relatifs au deuil pour différentes cultures et traditions de différents horizons.

1-  La toilette funéraire : Ghassl El Mayet

Le lavage du corps du musulman est la première étape du rite funéraire à y être respecter, Sauf dans le cas où le  corps est dans un état où il est impossible de le laver. Dans ce cas seulement, on passe à l’étape 2 du rite funéraire. Le corps du défunt est enveloppé directement dans le Linceul.

Le lavage du corps se fait dans une salle de lavage (Salon funéraire). Le corps est déposé sur un banc puis lavé soigneusement avec de l’eau tiède et du savon par des personnes connaisseuses de même sexe que le défunt. Sauf pour les époux, où la femme peut laver le corps de son défunt mari et le mari peut laver le corps de sa défunte femme. Pour le lavage des corps des enfants et corps de bébés aucune condition n’est posée.

2-  Le Linceul funéraire : ElKafn

Le Linceul est un tissu pour couvrir tout le corps du défunt. Blanc de préférence et parfumé. Il doit être suffisamment grand pour envelopper tout le corps du défunt. Comme il est possible d’utiliser deux ou trois morceaux selon le choix afin de couvrir le corps entièrement.

3-  La Prière funéraire : Salat El Djanaza

La prière funèbre  ou prière sur le mort est une obligation collective des musulmans envers leurs défunts. La prière est faite par n’importe quel musulman compétent, dans une mosquée, dans un salon funéraire ou dans un cimetière.

4-  L’Enterrement funéraire : Eddafn

Après la prière, on porte le mort à sa dernière demeure et on suit le cortège funèbre avec respect et crainte, en invoquant Allah en faveur du défunt. Suivre le convoi funèbre et participer à l’enterrement  sont des recommandations très importantes dans l’islam. Il est permis aux femmes de suivre le convoi funèbre.

Dans la tradition musulmane, les morts doivent être inhumés. La dépouille du mort est orientée vers la Mecque (Le visage du mort regarde vers la direction de la Kaaba). La tombe est identifiée à l’aide d’un pierre tombale.

Le soutien et le deuil

La famille endeuillée est soutenue par toute la communauté, les proches, les amis et les voisins après les funérailles. La famille endeuillée recoit les condoléances et les sympathies de tous les bords. Cette façon de faire est très répandue dans la culture musulmane. Une aide significative en préparation de repas, de gatteries est apportée à la famille endeuillé pendant cette phase.  La présence de tous les proches, amis et voisins autour de la famille, va les aider à surmonter le chagrin et le deuil et reprendre la vie petit à petit. Car après tout la vie doit continuer pour les autres….

Éléments  spécifiques :

1-  Utilisation de cercueils :

Selon la Loi provincial du Québec sur la protection de la santé publique, Toute inhumation doit être réalisé dans un cercueil .

2-  Embaumement :

Selon la Loi provincial du Québec sur la protection de la santé publique, un corps doit être embaumé, s’il n’est pas inhumé dans les dix-huit heures après le décès.

L’embaumement comprend : L’enlevement du sang et des gaz du corps et l’injection d’un liquide stérelisateur à base de formaldehyde.

L’embaumement se fait pour conserver le corps d’un défunt et empêcher sa décomposition.

3-  Incinération – crémation :

L’incinération de la dépouille est proscrite pour les musulmans.